Panier

Votre panier est vide

Continuer vos achats

Facteurs de risque et causes de la perte de mémoire

La mémoire

La mémoire qui régit l'essentiel des activités de l'être humain depuis son enfance jusqu'à la fin de sa vie est l'une des fonctions cognitives les plus importantes du cerveau. Sans mémoire, nous n'aurions ni passé, ni présent, et nos plus beaux souvenirs n'auraient jamais existé, pas plus que les mauvais que nous nous efforçons d'oublier...

Il n'existe pas, à proprement parler « un centre de la mémoire » mais plusieurs sites du cerveau impliqués spécifiquement dans le traitement et la conservation des informations qui seront stockées puis restituées en fonction de leurs caractéristiques. Or celles-ci sont extrêmement nombreuses et ce n'est pas une mémoire mais des mémoires qui vont les prendre en charge.

3 classes principales de mémoires ont été identifiées, qui se subdivisent ensuite en très nombreuses ramifications :

- La mémoire sensorielle
- La mémoire à court terme
- La mémoire à long terme

 

Le vieillissement cérébral

Le vieillissement cérébral est responsable, en dehors d’une maladie identifiée comme la maladie d’Alzheimer, de la perte de la mémoire et de la dégénérescence du cerveau. La mémoire semble être, en effet, très sensible aux effets de l’âge. Dans le cerveau, les informations se propagent sous forme de trains d’influx nerveux le long des membranes de la cellule nerveuse.

La vitesse de l’influx est déterminante dans la capacité de transmission des informations. Or, cette vitesse diminue de 10 à 30 % généralement à partir de 50 ans. Parfois même, la lenteur est telle qu’elle a pour effet la disparition pure et simple des informations : ceci explique en partie l’oubli.

La mémoire est en activité 24 h sur 24 puisque nos rêves vont, eux aussi, puiser dans ses méandres leurs émotions nocturnes. L'extraordinaire "réservoir" qui stocke, traite puis restitue ces milliards d'informations et de stimulations est constitué de cette fameuse matière grise abritant une centaine de milliards de neurones connectés les uns aux autres et qui travaillent en "non-stop" pour intervenir à la demande.

 

Un trou de mémoire!

Habituée à ce que nous lui demandions l'impossible, notre mémoire a pourtant des ratés occasionnels qui nous inquiètent. On pense aussitôt à la redoutable maladie d’Alzheimer dont les premiers signes sont des troubles de la mémoire. Il ne faut évidemment pas dramatiser mais ne pas négliger, non plus, ces trous de mémoire, ces absences, ces passages à vide forcément gênants dans notre vie quotidienne.

- Qui ne s'est jamais trouvé, par exemple, le doigt en suspension dans l'espace, incapable de se souvenir de son code bancaire au moment de le taper sur la machine?

- Qui, au moment des présentations, n'a jamais paniqué devant l'impossibilité de se remémorer le nom de quelqu'un?

- Qui n'a plus su où se trouvait un dossier, des clés, son téléphone portable sans parler des rendez-vous oubliés, des anniversaires ratés et de ces milliers de petits incidents de mémoire qui zèbrent notre quotidien d'autant de fissures?

 

Peut-on prévenir le vieillissement du cerveau?

Le vieillissement du cerveau est complexe. La perte de neurones, survenue en fonction de l'âge n'est pas l'unique facteur responsable du vieillissement du cerveau. Parmi les facteurs pouvant avoir une influence sur le vieillissement du cerveau, les plus importants sont :

Le régime alimentaire: Des apports nutritionnels appropriés peuvent aider à protéger les neurones contre la dégradation liée à l'âge, ou à réparer des neurones endommagés, et à améliorer le fonctionnement biochimique quotidien. De nombreux nutriments et quelques phyto-ingrédients comme le curcuma contribuent à cette protection. 

La gestion du stress: le stress est mauvais pour le cerveau parce qu'il induit la production excessive de cortisol. Cette hormone, lorsqu'elle est produite en excès, entraîne une dégradation du fonctionnement du cerveau.

- L'exercice physique apporte d'importants bénéfices neurologiques. Il augmente la circulation sanguine vers le cerveau, et favorise la croissance de nouvelles branches cellulaires du cerveau.

La stimulation mentale, la qualité du sommeil et une vie sociale active permettent d'avoir également une influence positive sur le vieillissement du cerveau.

 

lire aussi: Optim Curcuma et fonctions cognitives: une nouvelle étude

En savoir plus sur Optim Curcuma